Et pour Madame, ce sera plutôt le menu « zéro CO2 », ou le spécial « alerte rouge sur la planète » ?

Le coût écologique de notre alimentation est élevé : il y aurait environ deux fois et demie plus de gaz à effet de serre dans nos aliments que derrière le pot d’échappement de notre voiture. Selon l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture, la FAO, l‘agriculture est directement responsable d’environ un tiers des émissions de gaz à effet de serre. Essentiellement du CO2, mais aussi du méthane, un gaz à effet de serre beaucoup plus puissant que le dioxyde de carbone, et du protoxyde d’azote émis par les sols cultivés.

« Mais c’est surtout indirectement, par les engrais et les transports que l’agriculture alourdit gravement son bilan en CO2 : 30 % des transports français de marchandises se font pour le compte de l’agriculture et de l’alimentation, explique Claude Aubert, co-fondateur du centre Terre Vivante, dans un entretien accordé à La maison écologique. Citons aussi la chaîne du froid qui est le premier secteur de consommation d’électricité en France hors chauffage. » Dans les années 90, un chercheur avait calculé qu’un pot de yaourt aux fraises faisait en tout 3500 km avant d’arriver sur votre table. Nous en sommes toujours au même point. Il suffirait pourtant d’éviter d’acheter des produits hors saison et de privilégier les producteurs locaux – ce qui leur donnerait en plus un coup de pouce bienvenu car ils ont bien souvent du mal à résister à la pression des grands groupes. Je vois d’ici vos mines déconfites : « pas beaucoup de choix dans les légumes sur le marché en ce moment ». « Il y a une plus grande variété de légumes d’hiver, plaide Claude Aubert. Et il ne faut pas oublier qu’il y a plus de vitamines dans certains choux que dans les oranges, qu’il y a les légumes racine, que les légumes apportent plus d’éléments utiles par calories que les fruits, qu’en hiver, la salade se nomme la mâche… En fait, il y a en hiver une grande variété d’aliments à consommer et qui ne sont tout simplement pas les mêmes qu’en été. »

Alors, que cuisinez-vous ce soir ? Après un cappuccino de courge, je vous conseille un sauté aux topinambours. Vous me raconterez…

Publicités