Ils sont forts en com’ à la SNCF. Ainsi, à l’occasion de la semaine sans pesticides qui commence demain – et dure jusqu’au 31 mars, ça couvre plus d’une semaine, mais cela s’appelle tout de même la semaine sans pesticide, ne me demandez pas pourquoi, cela n’a d’ailleurs pas grand intérêt – la SNCF et Réseau ferré de France (RFF) s’engagent à réduire leur consommation de produits phytosanitaires. Mais aussi à améliorer les pratiques de désherbage, à davantage recourir à des techniques alternatives sur les zones sensibles et à mettre en place des actions d’information et de sensibilisation. Un accord a été signé avec l’Etat qui s’engage en contrepartie à fournir un appui technique et une aide financière.

Une décision remarquable mais ne crions pas victoire tout de suite. Car les 55 000 hectares de voies ferrées et 10 000 ha de végétation à leurs abords continueront à être majoritairement traités chimiquement. Le désherbage mécanique coûte beaucoup trop cher. Les sous, toujours les sous…

Publicités