Toujours à l’occasion de cette fameuse semaine sans pesticides qui dure presque deux semaines, je vais essayer de vous expliquer ce qu’il faut à mon avis savoir avant de bombarder fleurs, pelouse, légumes… Le sujet est assez complexe si on veut aller un peu plus loin que « les pesticides, c’est pas bien ». Je pense que ce sera moins indigeste en plusieurs articles, sur plusieurs jours. Dites moi ce que vous pensez de la formule. Lirez-vous / lisez vous la suite ? Soyez sincères ! 😉
 
Les pesticides sont des poisons destinés à se débarrasser d’insectes ravageurs (insecticides), de maladies causées par des champignons (fongicides), d’herbes concurrentes – et non mauvaises – (herbicides) etc.
D’après l’Institut Français de l’environnement (IFEN) on trouve des résidus de pesticides dans 96% des eaux superficielles et dans 61% des eaux  souterraines en France. Mais les pesticides pulvérisés sur les cultures n’atteignent pas en totalité leur cible, loin s’en faut. On estime que lors de la pulvérisation  25 à 75 % des quantités de pesticides appliquées partent dans l’atmosphère, ce qui entraîne une contamination de l’air, des brouillards et des pluies.
Même l’air intérieur des maisons n’est pas épargné. Une enquête américaine met en évidence la présence de 8 à 18 pesticides différents par habitation. Plus étonnant et inquiétant, l’air intérieur semble être plus contaminé que l’air extérieur. Les pesticides rentrent principalement par le biais de la poussière, mais ils peuvent aussi avoir été utilisés à l’intérieur même des maisons ; c’est le cas des insecticides. Pas la peine de courir faire des analyses, nous sommes tous contaminés : depuis 1980, plus de 150 études réalisées dans 61 pays et régions du monde ont mis en évidence des POPs (polluants organiques persistant) dans les tissus adipeux dans le cerveau, dans le sang, dans le lait maternel, dans le foie, dans le placenta, dans le sperme et dans le sang du cordon ombilical des êtres humains. Parmi ces POPs, de nombreux pesticides.

Demain : les conséquences sur votre santé.

Publicités