mai 2007


Des déchets mal triés et peu recyclés
LE MONDE | 24.05.07

© Le Monde.fr

Le réchauffement climatique menace les glaciers de l’Himalaya
LE MONDE | 24.05.07

Publicités

Un communiqué des Amis de la Terre :
 
Paris, le 14 mai 2007 – Les autorités géorgiennes expulsent illégalement une association écologiste
 
Durant la matinée du vendredi 11 mai, le siège des Amis de la Terre – Géorgie a été pris d’assaut par 200 policiers. Le matériel et les dossiers qui se trouvaient au bureau de l’association à Tbilissi ont été saisis. Le réseau européen des Amis de la Terre s’insurge contre cette expulsion illégale.
Fouad Hamdan, Directeur des Amis de la Terre Europe, déclare : « Le réseau des Amis de la Terre Europe est indigné par l’attitude du gouvernement géorgien qui a contourné les procédures légales pour expulser de force les Amis de la Terre – Géorgie de leur bureau. Il est extrêmement inquiétant qu’un gouvernement démocratique, soutenu par l’Union européenne, affirme son autorité d’une façon aussi intimidante et autocratique, digne des temps soviétiques. »
Les policiers ont encerclé le bureau des Amis de la Terre – Géorgie pour y saisir matériel et dossiers, qu’ils ont ensuite chargés dans des camions et envoyés dans une zone de stockage. La plupart du matériel a été endommagé voir détruit. Selon M. Hamdan, « Les autorités devraient annuler l’expulsion, indemniser les pertes et présenter leurs excuses aux Amis de la Terre – Géorgie».

Les Amis de la Terre – Géorgie étaient depuis 1998, officiellement locataires du bureau auprès de l’administration du Parc de Mushtaidi, leur bail courant jusqu’en décembre 2008. La municipalité de Tbilissi a néanmoins annulé l’accord, demandant à l’association de libérer les locaux sous cinq jours. L’association écologiste a alors fait appel de la décision en justice, fait qui n’a visiblement pas été considéré par la police.
Le bureau des Amis de la Terre – Géorgie, situé au coeur d’un parc classé de Tbilissi, présente une valeur historique et architecturale, tout comme de grandes propriétés de valeur qui intéressent le gouvernement. Les expulsions sont en effet une nouvelle tendance en Géorgie, où l’Etat a entrepris de vendre et de saisir des propriétés privées, qu’il considère stratégiques.
Cependant, la brusque dénonciation unilatérale du bail et l’expulsion de force des Amis de la Terre – Géorgie contrastent avec les autres cas : en règle générale, les locataires se trouvant dans des situations similaires ont eu au moins trois mois pour vider les lieux après qu’une décision de justice ait été prononcée.

Les Amis de la Terre – Géorgie ont récemment mobilisé le grand public pour protester conte la politique du gouvernement géorgien qui attribue des baux pour la gestion des forêts. L’association avait de même critiqué le gouvernement lorsqu’il a échoué à faire adopter une forte régulation pour contenir la dissémination d’organismes génétiquement modifiés.
« Les Amis de la Terre est le plus grand réseau écologiste mondial. L’expulsion du groupe géorgien de ses locaux n’arrêtera pas l’organisation d’une campagne contre les mauvaises pratiques environnementales en Géorgie » conclut M. Hamdan.

Rien à voir avec l’environnement, protesteront certains… Je n’en suis pas si sûre. Tout n’est-il pas plus ou moins lié ? Je vous laisse débattre.
Je vous propose donc un lien vers le site internet de Friture, un nouveau magazine sur la région Midi-Pyrénées. Hier, j’ai suivi pour Friture le procès des Enfants de Don Quichotte de Toulouse.
C’est par >>ici<<

Le site est en train de prendre forme depuis peu, soyez indulgents… et pensez à revenir y faire un tour régulièrement !

L’eau bénite coulerait-elle au robinet ? Au Canada, peut-être… L’Église unie du Canada (UCC), la plus grande organisation protestante du pays conjure ses 590 000 fidèles de boycotter l’eau en bouteille et de vénérer saint Robinet. Cette décision officielle fait partie d’un positionnement contre la privatisation d’aqua simplex.L’église pense que l’eau est une création de Dieu, personne ne devrait pouvoir s’approprier l’or bleu. Surtout aujourd’hui, alors que la demande dépasse les ressources mondiales et que cela génère des conflits. C’est un coup de griffe indirect contre l’industrie qui embouteille chaque année 89 milliards de litres d’eau et génère 22 milliards de dollars. L’Amérique du Nord – Etats-Unis et Canada confondus – consomme environ 35 litres d’eau en bouteille, par an et par habitant. Vade retro bouteille d’eau.

Note qui n’a rien à voir : ne faites pas attention aux catégories, ça ne veut rien dire, il faut que j’y retravaille…

Une nouvelle preuve des conséquences du réchauffement climatique sur les oiseaux a été découverte hier.

Un roitelet de Neuilly (Regulus electus sarkozyensis) se retrouve à Malte. Sa boussole interne lui commande d’aller toujours plus à l’Est, à droite, en évitant le Maghreb. Les pattes fragiles de ce petit oiseau énergique ont nettement gonflé sous l’effet de la chaleur : il ne peut plus se poser sur la terre ferme et a choisi de s’isoler sur un yacht.

Inquiétant. Pourvu qu’il garde la tête froide.

(librement inspiré d’Hervé Le Tellier)

Version sémillante et constructive de la lutte contre le maïs OGM, l’association de défense de
la biodiversité Kokopelli propose à chacun de semer du maïs. Pour peu que l’on ait un p’tit lopin de terre – ou une grande jardinière – on peut commander gratuitement un sachet de maïs doux, à éclater ou à farine.

Il faudra en prendre soin, bien suivre les bons conseils de Kokopelli. Et quand viendra le temps de la récolte, en envoyer une poignée au ministère de l’Agriculture en demandant un test de non-contamination génétique (un courrier type, proposé par l’association, est disponible). Je suggère pour la « pichenette », de plutôt choisir le maïs à pop-corn.
Kokopelli entend démontrer que les cultures de maïs transgénique contaminent les variétés non-OGM. Et c’est le moment où jamais. Car selon les prévisions de Daniel Chéron, directeur général de Limagrain (quatrième rang des multinationales de la semence), ce sont au moins 30 000 hectares de maïs OGM qui seront cultivés en France en 2007 contre 5 000 ha en 2006 et moins de 1 000 ha en 2005…
De son côté, le gouvernement a renoncé à soumettre à l’Assemblée nationale la loi OGM visant à transposer la directive européenne 2001-18. Pas facile en effet de se lancer, en ces temps… disons campagnards, dans un combat aussi impopulaire.
Et pour vous ce soir, ce sera pop-corn maison devant la télé ?

Un livre que je n’ai pas encore eu le temps de lire, mais qui me semble vraiment bien fait :

Achetons responsables – Mieux consommer dans le respect des hommes et de la nature

d’Elisabeth Laville et Marie Balmain, aux éditions du Seuil.

Vous aimeriez bien acheter un peu plus responsable, mais vous n’avez pas envie de vous prendre la tête pendant des heures au supermarché. Malgré la multiplication des labels et informations sur les étiquettes, il est encore souvent difficile de savoir exactement d’où viennent les produits que nous achetons, comment ils ont été fabriqués, avec quelles conséquences sur la vie, la santé, ou l’environnement, près de chez nous ou à l’autre bout de la planète…
Ce livre très pratique passe une vingtaine de grandes catégories de produits à la loupe. Se nourrir, prendre soin de son corps, faire le ménage… On trouve toutes les informations nécessaires, et on peut piocher ce que l’on veut, ce qui nous paraît à notre portée. Certains ne se sentiront pas prêts à passer aux couches lavables, mais trouveront par contre naturel de faire attention à l’origine de leur filet de poisson… Pas question ici d’avoir un discours moralisateur et culpabilisant, il s’agit juste d’informer et de donner de bonnes idées.
Élisabeth Laville est l’une des expertes européennes de la responsabilité sociale et environnementale de l’entreprise, fondatrice en 1993 de l’agence Utopies, et auteur notamment de l’Entreprise verte (éd. Village mondial). Avec Marie Balmain (responsable du développement durable chez Pierre & Vacances) et Jean-Sébastien Stehli (rédacteur en chef adjoint à l’Express), elle a créé le site internet Graines de changement.

Page suivante »