De mon appartement, je vois passer l’A380 plusieurs fois par jour. Certains doivent se dire que je suis une sacrée veinarde. Personnellement, j’avoue avoir trouvé ça assez impressionnant les premières fois mais voilà… À chaque fois que je l’entend couvrir le bruit de mon clavier (et oui, l’A380 fait beaucoup plus de bruit que les autres avions, je ne sais pas d’où ils ont sorti sa légende d’avion silencieux !), ma petite voix écolo me fait penser aux tonnes de kérosène qui partent en fumée… Je me dis que décidément, à Airbus, ils ne sont pas comme moi, ils ne culpabilisent pas pour leurs trajets en avion !
 
Et bien justement, Louis Gallois, qui avant préférait le train, a dû entendre ma petite voix. Pendant que d’autres s’offrent des A380, il s’est payé une envolée lyrique. Grand défenseur de Dame Nature. « Traditionnellement, nos couleurs sont le bleu et le blanc, celles du ciel. Aujourd’hui, le temps est venu de les changer. L’avenir de notre industrie nécessite qu’elle devienne verte », a-t-il déclaré – heu non, déclamé – la semaine dernière en signant la certification Iso 14001 avec le commissaire européen chargé de l’industrie. Les ingénieurs ont du pain sur la planche : il veut que les avions qui seront mis sur le marché en 2020 réduisent de 50% leurs émissions de CO2, et de 80% celles d’oxydes d’azote (NOx). Et il m’a bien vue, soucieuse derrière ma fenêtre : dans le cadre des opérations industrielles, la consommation énergétique devra baisser de 30%, les émissions de CO2, la consommation d’eau, la production de déchets et les émissions de solvants de 50%.
 
Et vous voulez la preuve irréfutable que ma petite voix écolo fut sa muse ? Il a aussi parlé du bruit ! Bon, là il va falloir transformer la légende en réalité. C’est toujours le plus dur. Mais avec des sous, c’est toujours plus facile : l’Union européenne a lancé un partenariat public-privé (Clean sky), doté de 1,6 milliard d’euros. Airbus, Rolls-Royce, Saab, Thales, Dassault, et Eurocopter sont déjà de la partie. Et Airbus devrait augmenter son budget recherche et technologie de 25% à partir de 2008.
 
Maintenant, il ne reste plus qu’à mettre toutes ces bonnes résolutions en pratique… Pour l’instant, j’ai bien peur que Louis Gallois, du côté du Bourget, n’ait oublié sa muse… Le petit diablotin des affaires a pris le relais : il enregistre les bons de commandes. Objectif : toujours plus.

Publicités