Il y a quelques jours, la France suivait les recommandations des associations écologiques et s’abstenait lors du vote à Bruxelles concernant l’importation et la transformation du maïs génétiquement modifié Herculex RW.

Très bien, mais on s’est souvent arrêté, moi y compris, à cette information. Or il me semble intéressant de savoir quels dangers représente ce maïs. Ceci dans l’idée – aussi – de pouvoir argumenter de façon précise et scientifique face à ceux qui reprochent aux anti-OGM une opposition systématique, voire réactionnaire Comme d’habitude, rien n’est blanc ou noir, tout est infiniment complexe… 

Le maïs Herculex RW est donc une plante génétiquement modifiée de façon à produire un insecticide et ainsi résister à la pyrale du maïs, un important ravageur pour ces cultures. On parle de maïs Bt. Bt signifie Bacillus thuringiensis, une bactérie présente dans la nature, qui sécrète une protéine toxique pour la pyrale. En milieu basique (pH >7),  Bt se dissocie en deux molécules, dont l’une est toxique. Les lépidoptères (comme la pyrale) ont justement cette particularité d’avoir une étape de leur digestion qui est fortement basique : la molécule toxique est libérée et perfore leur intestin. Le Bt est un des insecticides utilisés, depuis fort longtemps, dans l’agriculture biologique, car du fait de l’exigence d’un milieu basique pour devenir toxique, on pensait qu’il y avait pas de risque pour l’homme. Depuis des études prouvent qu’une toxicité pour l’homme, en cas de contact avec des quantités importantes n’est pas à exclure.  

Revenons à notre maïs génétiquement modifié. Le gène qui permet l’expression de cette protéine (protéine Cry) a été introduit dans le génome de certaines variétés pour les rendre résistantes à l’insecte ravageur. Mais les laboratoires n’auraient pas réussi à faire émettre suffisamment de Bt par leur maïs. Ils ont donc introduit les gènes codants de la protéine toxique dans les cellules de la plante, qui la produit ainsi de façon continue. Ce « Bt »-là n’exige pas de phase de digestion basique, et est donc directement toxique pour l’homme et tous les autres animaux qui l’ingéreraient.

Publicités