Quand j’étais petite, j’adorais jouer avec une maison de poupées originale, version seventies, héritée de mes cousins : il s’agissait d’un arbre qui s’ouvrait sur des pièces occupées par de petits bonhommes – et bonnes femmes – chevelus (non, non, ma mère ne mettait pas de substances illicites dans mes purées !). Les architectes Mitchell Joachim et Javier Arbona ont dû y jouer aussi… et ils continuent d’en rêver aujourd’hui.

Avec Lara Greden, ingénieur en environnement, ils ont imaginé non pas une cabane perchée, mais une vraie maison-arbre. Les murs et toute la structure de la maison sont en « arbre ». L’idée est de donner à l’arbre une forme telle qu’elle puisse ensuite être aménagée, avec notamment des treillis de vigne pour les murs intérieurs, qui seront recouverts d’argile, choisie pour ses propriétés thermiques.

Le must : la maison respire, pousse, se transforme ; elle est vivante. Mitchell et Javier ont imaginé des fenêtres à base de fibres de soja qui s’étireraient au fur et à mesure que l’arbre grandit, en symbiose parfaite. Le tout avec un impact écologique réduit au minimum : bioclimatisme, gestion complète du cycle de l’eau… Elle pourrait même remplir le frigo de ses fruits ! La maison-arbre est conçue pour une famille avec deux enfants : trois chambres (dont une à l’étage), une salle de bain, et une grande pièce à vivre (salon, salle-à-manger, cuisine) orientée au Sud.

arbre-maison-1.jpg

Un des défis de l’arbre-habitable, est le temps de « construction », pas question de l’avoir en deux parpaings, trois coups de pelle… Les concepteurs travaillent actuellement sur ce point, avec une entreprise arboricole israélienne (Plantware) spécialisée dans la production d’arbres façonnés. Chaque maison mettrait au moins cinq ans pour pousser, selon le climat. Les créateurs, que décidément rien n’arrête, imaginent des fermes où grandiraient des maisons prêtes à être livrées, pardon transplantées.
Il ne reste plus qu’à trouver une municipalité prête à délivrer un permis de construction longue durée.

Merci Neodim pour l’info ! Il en a parlé aussi, et avant moi !

Publicités