C’est une déclaration de Jean-Louis Borloo, ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durable, faite à un groupe de parlementaires de ma majorité lundi, et confirmée au journal Le Monde aujourd’hui.

Dans le cadre du « Grenelle de l’environnement », le gouvernement préparerait donc un gel de la commercialisation des semences OGM, tout en autorisant la poursuite des recherches en laboratoire.

Selon Le Monde, « si cette position n’est pas encore officielle, elle enregistre les avancées réalisées dans le cadre du groupe OGM du Grenelle de l’environnement. Ce groupe, qui doit se réunir une nouvelle fois vendredi 21 septembre, est présidé par Jean-François Le Grand (sénateur UMP de la Manche). Il a déjà acté le principe d’une nouvelle loi sur les OGM, qui durcira les possibilités de cultures et encadrera beaucoup plus rigoureusement qu’aujourd’hui leur régime d’autorisation. »

Jean-François Le Grand explique avoir discuté avec Jean-Louis Borloo : « Il m’a dit clairement qu’il n’y aurait pas de moratoire, mais que toutes les autorisations sont actuellement gelées et que l’on prolongerait cette situation jusqu’au vote de la loi. »

Le gel serait assez simple a appliquer puisque le seul OGM cultivé en France est le maïs MON 810 – un maïs Bt. Or son autorisation doit justement être renouvelée dans les mois qui viennent, au niveau européen. D’autres sont en attente d’autorisation. Si la France refuse, on devrait éviter la culture de maïs OGM à grande échelle la saison prochaine.

Publicités