Depuis début mars, les éleveurs d’alpagas et lamas péruviens voient les pâturages se couvrir de neige et leurs bêtes affamées mourir de maladies. Les vagues de froid – le friaje en VO –  n’apparaissent normalement qu’en juin. « Le friaje est une association de basses températures hors saison, de gelées, de neige et de grêle qui cause des dégâts aux cultures et aux pâturages sur les hauts plateaux andins », explique Marc Vandersmissen, coordinateur des opérations d’urgence de l’organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculure (FAO) au Pérou, qui vient de livrer 36 800 doses d’antiparasitaires et d’antibiotiques destinées à plus de 18 000 alpagas du district de Pilpichaca dans la province de Huancavelica.

Les lamas appartiennent à la famille de camélidés. // photo élodie touret //

Comme les alpagas, les lamas appartiennent à la famille des camélidés. // photo © élodie touret //

Dans les hautes Andes, la campagne agricole est limitée à un court laps de temps dont l’agriculteur doit profiter pour semer et récolter selon un calendrier précis afin de pouvoir nourrir sa famille. « Mais à cause des changements climatiques, les schémas traditionnels sont en train de changer, et les paysans ne sont plus en mesure de prévoir les dates des semis et des récoltes », explique le communiqué de la FAO.

Les éleveurs d’alpagas se nourrissent essentiellement de papa seca, pomme de terre sèche, avec un peu de viande séchée de leur élevage. Leur troupeau est leur unique source de revenus. Une situation qui a obligé le  gouvernement à déclarer l’état d’urgence dans 11 régions, sur les 25 que compte le Pérou. L’intervention de la FAO aurait permis de sauver 50% des 35 000 alpagas, lamas et ovins, et de venir en aide à plus de 200 familles. Mais la partie n’est pas gagnée, les pâturages naturels vers lesquels vont se tourner les troupeaux en septembre ont été fortement endommagés par le froid.

Source : FAO.

Publicités