Narcisse


Le temps me glisse entre les touches du clavier pour venir tapoter sur Reporterre ces jours-ci, et cela ne devrait pas s’arranger avant le mois prochain.

//photo © élodie touret //

//photo © élodie touret //

Parmi mes travaux en cours ou publiés qui peuvent intéresser par ici, un article chez ActuEL-HSE sur les filières de valorisation des pneus usagés, et d’importantes fiches de synthèse sur les grands enjeux environnementaux sur Goodplanet.info.

Je vous en mets quelques extraits dans des posts à suivre…

Et on poursuit bien-entendu le rdv hebdo avec Matyas et ses photos, en retard par ma faute cette semaine.

Publicités

… on s’y remettait ? Depuis quelques semaines, l’idée me taraude ; c’est quand même sympa et enrichissant un blog…

C’est sans doute aussi pour cela que j’ai accepté de repartir dans l’aventure Écolo-info, vous l’avez peut-être remarqué, pour une rubrique hebdo : les « ondes vertes« . Avec Agnès et Anoushka qui se chargent de la télé, je propose pour ma part une sélection de programmes radio branchés environnement. J’en ferai une copie ici, et pourquoi pas profiter de cet espace pour discuter de ceux que vous avez entendus, en tirer quelques infos, passages particulièrement marquants…

Une nouvelle idée parmi d’autres, encore à l’état larvaire, mais qui me seront nécessaires pour revenir par ici. Tant pour défier le temps qui se carapate que pour déjouer la lassitude tapie au recoin d’une bannière trop vue. Le nez dans les fleurs, baignant dans la torpeur estivale, je vais tenter de ne pas trop rêvasser pour plutôt réfléchir à tout ça. Je suis preneuse de toutes vos propositions, envies, remarques… Avis !

Non, je n’ai pas disparu. Je vais très bien, et je suis on ne peut plus requinquée après quelques jours de vacances !

Je suis toujours d’aussi près l’actu environnement, mais je manque cruellement de temps pour vous faire partager tout cela… J’espère pouvoir reprendre ce blog en février ou mars… alors continuez à guetter !

à très vite !

voeux08.jpg

Je ne vais pas être originale : je pars en vacances au mois d’août. C’est-à-dire – soyons précis – aujourd’hui même. Ô toi lecteur fidèle, tu avais sans doute remarqué un peu de relâchement ces derniers temps, et des posts qui fleuraient déjà bon les journées où l’on flâne. Pourtant, je travaillais comme une petite folle pour finir quelques travaux avant de m’échapper… Mais maintenant, je pars pour de bon, alors je le dis pour de bon aussi !

Je reviens en pleine forme et plus motivée que jamais le 27 août. Il y aura peut-être des petites surprises dans les jours qui viennent, gardez un oeil ouvert en bronzant 😉

Bonnes vacances à ceux qui comme moi ne sont pas originaux pour deux sous, et partent des jours-ci ! Et les autres ? ben ça vous apprendra à vouloir vous démarquer !

A très vite ! 

PS : Pour ceux qui arrivent sur ce blog en cherchant des « photos de Roch Voisine torse nu », désolée mais moi je ne peux vous envoyer que celles de Patrick Bruel ! Z’êtes nuls, il est ‘achement plus beau Patrick, pfff…

Après quelques jours de vacances bien agréables, pour accueillir des amis, je me remets tranquillement au travail… jusqu’au 7 août ! Puis je délaisserai à nouveau ce blog pour vivre à l’heure madrilène (c’est-à-dire la nuit pour éviter de mourir de chaud…)

Et vous, que faites-vous ?

Bloguer, c’est tout un art, croyez-moi ! Il y a une semaine, je découvrais le principe du swap, et voilà-t-y pas qu’aujourd’hui je me fais taguer !

Bon, pour une fois, je ne vais pas faire ma rebelle et je rentre dans le jeu. La règle : parler de soi en 7 points sur son blog. On accède alors au rang ô combien honorifique de tagueur, et on peut se venger en taguant d’autres blogueurs !

Je rajoute une règle : pas de grandes idées préconçues sur ce qu’on doit faire et aimer quand on est journaliste et écolo, genre « j’aime regarder la nature »…

  1. J’aime bien faire ma rebelle. C’est surtout parce que je suis très têtue : je ne fais bien que les choses auxquelles je crois, mais dans ce cas, toujours par entêtement, je le fais du mieux que je peux. Dérivé de l’entêtement : je suis très persuasive. Bon, ok, on peut aussi dire que je suis chiante…

  2. Allez, deux p’tits trucs inavouables pour le prix d’un ! J’ai fait de la danse modern-jazz quand j’étais petite (pas plus de 4 mois). J’étais fan de Patrick Bruel au CM2 : avec Christine, on se battait contre sa sœur qui préférait Roch Voisine. On lui a même envoyé une lettre pour lui demander une photo dédicacée de lui en train de faire de la muscu torse nu ! Si si… Bon, j’attends toujours la réponse. Patrick, si tu m’entends…

  3. J’ai rencontré Philippe Douste-Blazy quand je travaillais pour La Dépêche du Midi à Toulouse. J’avais 22 ans, il faisait chaud, je portais une robe… et il n’a pas tout de suite compris que j’étais journaliste : il m’a claqué la bretelle de la robe, lorgnant sur ma poitrine en disant « bah voilà, c’est comme ça qu’il faut s’habiller aujourd’hui ! »

  4. J’ai fait Lettres modernes et j’étais prête à faire un mémoire de littérature comparée sur le rapport entre réalité et fiction à l’âge baroque… avant de me lancer dans le journalisme. Ce que j’avais toujours voulu faire sans oser, car souvent découragée.

  5. Dernièrement, on a vu Maria de Medeiros chanter Caetano Veloso lors du Marathon des mots, et j’ai adoré sa générosité, sa timidité, sa simplicité. Et ses chansons bien-sûr, surtout A little more blue, que je n’arrête pas de chanter (ce n’est pas une réussite mais tant pis, j’adore !). Nous sommes aussi allés à Rio Loco, super festival en ville, dans un parc au bord de la Garonne, où on a vu Ojos de Brujos, les Patriarcas de la Rumba et Muchachito Bombo infierno. Voilà pour les coups de cœur musique du moment.

  6. Hier soir, j’ai vu Persepolis de Marjane Satrapi et j’ai beaucoup aimé. Je lis pas mal de BD, j’adore l’humour cynique de Lewis Trondheim, que j’ai eu la chance d’interviewer chez lui. Coup de cœur BD : Fraise et chocolat d’Aurélia Aurita (attention, c’est cochon… et fin !)

  7. J’ai un amoureux super, dont je suis super fière : il fait une thèse en traitement de l’eau. Et en plus, j’ai plein d’autres raisons d’être super fière et amoureuse de lui !

Et maintenant, je dois choisir 7 nouveaux blogueurs à embêter… Alors… ce sera un choix éclectique : j’en connais certains, d’autres pas (désolée pour ceux qui trouvent ça idiot, n’adhérent pas du tout à ce genre de trucs, et ne veulent pas le faire), certains parlent d’environnement, d’autres pas… Mais pour tous, je lis leurs blogs : Christophe, Sam, Nicolas, Yann, LN, Sébastien et Angélie.

Je dois maintenant noter le règlement : les tagué(e)s doivent écrire 7 choses à leurs propos sur leur blog, ainsi que ce règlement. Vous devenez ensuite tagueur et devez taguer 7 autres personnes et les énumérer à la suite du billet. Vous laissez alors un commentaire sur leur blog leur indiquant qu’ils sont tagués.

Et petite précision aussi : c’est la première et dernière fois ! 😉

Pas une seconde pour mettre un article en ligne, j’en ai pourtant plusieurs dans les tiroirs…

En attendant, juste en passant, ce lien vers un article dénonçant le site de Gwen Legac, qui avait laissé un commentaire sur ce blog et que j’avais immédiatement trouvée louche…
Et les extraits les plus siginificatifs :

  • A peine le livre sorti, un nom de domaine était déposé http://www.alerte-environnement.org (exactement le 26 février 2007 à 17:53:35) et un site créé sous la forme d’un blog. La coïncidence ne s’arrête pas ici : dès le départ ce site fut entièrement consacré à décrédibiliser les auteurs du livre avec des arguments chocs « Fabrice Nicolino sur les traces de Thierry Meyssan » ou encore « Théorie du complot et amalgames », même si l’auteure s’est pliée a l’écriture de quelques articles prétextes.
  • Ce qui est intéressant, c’est le processus de légitimation du site « écrit par une journaliste et quelques amis agriculteurs », un classique dans le genre. Le sens est également affiché, car le site se veut à la fois responsable et militant, image convenable pour les écologistes « Alerte Environnement creuse, cherche et expose les motivations de quelques initiés qui se sont arrogés le titre d’experts. Incisif, ce site éclaire les débats, analyse, décortique
  • Très rapidement, les sites qui évoquaient le livre semblent avoir été passés au crible et systématiquement informés de l’existence du site http://www.alerte-environnement.org « Pour en savoir plus sur le livre Pesticides, révélations sur un scandale français : … », ce qui a l’art d’attirer le chaland sans dévoiler ses intentions : cette méthode, certes mesquine, est souvent utilisée par les manipulateurs.
  • Encore faut-il durer, par la qualité du contenu. Or, dans ce type d’opération, le contenu annexe est sensé contextualiser et crédibiliser le contenu-piège. C’est ici que le site en question trouve ses limites car ce contenu est pour l’essentiel une accumulation de copier-coller sans aucun intérêt, très éloigné de la rigueur journalistique annoncée dans la promesse (page « Qui sommes-nous ») et pour cause.
  • Si le site en question relève plus de la rubrique des chiens écrasés que de l’investigation journalistique, c’est aussi parce que les auteurs ne sont pas journalistes (selon nos recherches, elle aurait écrit deux papiers en 2006 pour le Télégramme de Brest). C’est ici que le château de cartes virtuel s’effondre. Révélée sur le net puis au grand public par le Canard Enchaîné, la manipulation fait actuellement le tour d’internet et le buzz se retourne contre son auteure au profit du livre déjà réimprimé deux fois et qui trouve le soutien de personnalités au dessus de tous soupçons d’amalgame.

Juste une petite morale : soyez vigilants avec les informations que l’on trouve sur le net…

Page suivante »